Quelques nouvelles de la MMFP

Déjà les premiers jours de février. Quelques jours de retard mais tant d’enthousiasme pour vous souhaitez nos meilleurs vœux pour 2022. Que cette année puisse vous apporter à vous et vos proches douceur, sérénité et épanouissement.

Cette année, notre équipe pluridisciplinaire va connaitre quelques changements. Départ à la pension, nouvelles fonctions et engagements de nouveaux collaborateurs. Danielle, assistante sociale depuis plus de 40 ans, prendra au printemps une retraite bien méritée.

Annabelle, Jordan, Lauryn et Sayma sont venus quant à eux renforcer notre équipe éducative. Certains collègues suivent également des formations cette année, notamment sur les thématiques des violences intrafamiliales (VIF) et de l »accompagnement à la parentalité.  Notre équipe a la volonté de maintenir la qualité de ses actions socio-éducative et souhaite maintenir et développer son expertise autour des accompagnements spécifiques.

Cette année sera donc une année pleine de défi pour notre équipe pluridisciplinaire. Accueillir de nouveaux collègues, se former, s’inventer, se réinventer autour de notre magnifique projet, porté par toutes et tous depuis près de 80 ans.

Il est aussi à noter notre grand événement de l’année 2022. Notre toute première marche ADEPS qui se tiendra le dimanche 27/03/2022.

Ces actualités réjouissantes ne doivent pas occulter nos missions et notre engagement auprès des familles. Car en 2022, nous aurons encore une fois besoin de vous et de votre soutien indéfectible. Ces trois dernières années, les difficultés et les réalités vécues par les personnes précarisées sont passées inaperçues. Occultées par la crise sanitaire qui retient toute l’attention.

Rendons visible les invisibles. Mettons en lumière notre public, nos actions, notre identité.

Œuvrons chaque jour à combattre les inégalités. De la justice sociale pour tous, et plus particulièrement les femmes.

Nous vous parlions déjà l’an dernier de cette réalité qui marque les plus fragiles, et en particulier les femmes : la précarité genrée. En effet, les femmes, en raison de leur genre, ont plus de risques de basculer dans la précarité au cours de leur vie.

Dès lors, nous les accompagnons durant quelques mois pour leur permettre d’accéder aux mêmes droits et aux mêmes chances d’insertion durable.

Nous vous remercions pour votre sympathie et votre soutien et vous souhaitons une agréable lecture…

Laetitia Delande, directrice.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *